Morsure (Kelley Armstrong)

Et voici un livre sur des loup-garou  (le premier en ce qui me concerne): Morsure de Kelley Armstrong.

Ce tome s’inscrit dans une triskaidecalogie ... bon dieu qu’est-ce donc?! On avait déjà les tétralogies, les pentalogies qui étaient venues s’ajouter aux éternelles trilogies et voici donc un nouveau terme ... que j’ai du aller chercher je l’avoue humblement. En fait, il s’agit d’une série en 13 tomes ... et je ne saurais dire si l'auteur compte s'arrêter ou non. Cette série de Kelley Armstrong s’appelle « Femmes de l’Autremonde » et Morsure en est le premier tome.

Elle nous y parle d’Elena, femme loup-garou ... et oui, le même prénom que l’héroïne de Vampire Diaries et là, ça fait peur ! Surtout quand on lit la quatrième de couverture.

Mais je vous rassure, rien à voir, j’y viens tout de suite.

 

Voici donc cette fameuse 4° de Couverture :

Elena Michaels est un loup-garou et la seule femelle de son espèce. Voilà qui n’est déjà pas banal. Mais en plus, elle fait tout ce qu’elle peut pour être normale. Elle voudrait une vie ordinaire, sans ses désirs inhumains, sa sauvagerie, sa faim et ses instincts de chasseuse.

Mais la Meute fait appel à elle. Enfreignant les lois du clan, des déviants menacent de dévoiler leur existence. Elena obtempère, car la loyauté du sang ne se discute pas. Et au cours de son combat, elle découvrira sa vraie nature ...

 

Mon avis :

Ce n’est clairement pas cela qui m’a attiré : trop proche des Vampire Diaries et autre Twilight. Non, en réalité, j’ai commencé par hasard sans regarder ce résumé (je ne rentre pas dans les détails, disons simplement que j'ai un fils qui aime les loup-garou)... et j’ai bien fait car j’aurais raté une bon livre à mon sens.

Je pense que le résumé, s’il reste correct, diminue la qualité de l’histoire ... mais la raison d'une telle approche est évidente.

Le combat entre la Meute et les « Cabots », ces loup-garou sans territoire, est bien tourné et les sentiments d’Elena restent crédibles. Elle est bel et bien tiraillée entre son côté humain (car elle l’a été avant de se faire mordre) et son côté bestial mais cet aspect est très bien traité sans tomber dans le ridicule. Ses envies (sexuelles et sauvages), ses rapports avec la Meute, ses plaisirs et dégoûts, tout y est réellement bien amené.

Elle est naturellement une des pièces maîtresses du livre mais pas pour autant un loup sans peur et sans reproche, il faudra que son aspect animal prenne le dessus pour en arriver là. Elle hésite, elle se trompe, recommence et se trompe encore ... mais elle n’est jamais pathétique. Son caractère fort la rend crédible ... elle est un loup-garou !

Les parties de chasses (gibier et/ou cabots) permettent une belle immersion dans le monde de la meute et la manière dont les sentiments d’Elena sont décrits nous plongent encore plus dans le récit.

 

Un très bon moment.

Écrire commentaire

Commentaires : 0